Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 11:29
A l'occasion de l'article précédent, je crois bon de faire un petit point sur le mouvement romantique au XIXème siècle. Ce mouvement a en effet façonné de terrible façon la conscience française et même occidentale puisque nos amis de la perfide Albion et d'outre-Rhin ont eu droit, eux aussi, à leur période romantique. Afin que le prestigieux héritage culturel de notre belle civilisation ne s'éteigne pas dans le marasme généralisé de ces temps d'indifférence et d'oubli décadentiste, je m'en vais vous expliquer, là, tout de suite, gratis, comment être un bon poète romantique.

D'abord, laissez-vous pousser les cheveux, qui doivent être soit sombres (afin de se faire le reflet physique de vos tourments intérieurs) soit d'un blond-or bouclé et soyeux (afin de ressembler à un Apollon réincarné dont la beauté solaire contrastera avec vos tourments intérieurs et votre fin tragique [ car, disons-le tout de suite, un vrai romantique, en bon inadapté social, se doit d'avoir un fin tragique qui cadrera avec son existence pleine de passions]). Etant un rebelle dans l'âme, rompant avec les injustices flagrantes que provoque la domination de la grande bourgeoisie et de la noblesse, vos classes de naissances, les cheveux en question seront peu ou mal coiffés. Il va sans dire que les roux, Irlandais et/ou créatures du démon, n'ont aucune chance de faire de bons romantiques, à moins de se teindre les cheveux.

Ensuite, vêtissez-vous de vêtements correspondant à l'époque: également sombres, mêlant une élégance certaine (chapeau haut de forme, redingote, pantalon fait sur mesure par le couturier de la famille, chemise de flanelle) à une négligence savamment étudiée (cravate légèrement défaite, chapeau porté sur le côté, foulard de couleur vive) pour vous donner le petit air bohème qui convient à tous les artistes et marginaux qui ont un tant soit peu roulé leur bosse dans le monde sans pitié des prostituées syphilitiques et des salons mondains européens. Ajoutez à tout cela une canne, voire une canne-épée si êtes nobles et prévoyez de mourir bêtement dans un duel désuet (car un duel moderne se fait au pistolet tout le monde sait ça). Petit touche finale : une écharpe, qui peut servir à donner l'impression que vous êtes tuberculeux (donnant une caractéristique tragique supplémentaire à votre destinée hors du commun de damné de la terre) et surtout vous sera indispensable lorsque vous vous rendrez sur les plages bretonnes.

Car un bon romantique n'est pas un bon romantique s'il ne va pas affronter les éléments déchaînés d'une nature sauvage pour élever son âme agitée au-dessus de la médiocrité humaine et trouver dans ce spectacle sublime une noble métaphore des passions tragiques qui le consument (sans parler du fait que tout bon romantique est un asocial fini qui aime la nature parce qu'il peut lui parler et lui réciter des poèmes sans avoir à se confronter à ses congénères et à la si détestée critique). Ainsi, les côtes bretonnes, encore remplies du fantôme de la jeunesse de Chateaubriand et des ruines païennes témoins de la fuite du temps et la vanité de ces anciens dieux déchus peuvent être un bon lieu de promenade pour le romantique lambda qui aime sentir son écharpe flotter au vent en même temps que ses cheveux indisciplinés et sombres (ou blond-or, mais surtout pas roux je le rappelle) . Les montagnes, avec leur symbolisme de l'élévation, sont également conseillées comme tout lieu potentiellement sombre et majestueux. cf les oeuvres de Tonton Caspar.

Il ne reste plus que quelques finitions comme la récitation de poème en vers, célébrant la nature et les amours perdus, de préférence en alexandrins même si le caractère profondément rebelle du romantisme peut conduire certains de ses membres à des excès difficilement justifiables. Ainsi, des rumeurs font état de poète ayant eu recours à des décasyllabes ou ayant même préféré l'impair (mais, dans la mesure où des enfants ou des jeunes filles sont susceptibles de lire mes propos, je préfère ne pas m'étendre sur de telles dépravations).

Voilà, vous savez tout ce qui est nécessaire, je pense, pour faire un bon romantique. Ah, non, dernière chose : le romantisme peut conduire à un certain aveuglement et  même à une légère déconnexion de la réalité. Vous êtes prévenus...




Partager cet article

Repost 0
Published by Ten-Retni
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche