Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 22:41

Bien, aujourd'hui sort en France Batman Dark Knight. Je ne vous en parlerai pas. A la limite, je pourrais vous parler du Batman Dark Knight de Frank Miller (car oui, ce titre est à l'origine celui d'un comics de Miller). Je ne le ferai pas non plus.

Cependant, histoire d'écrire quelque chose ayant vaguement un lien, je vais vous raconter l'histoire d'un super-héros que j'ai connu jadis:


J'ai connu Kirk du temps où, jeune démon fraîchement émoulu de l'Ecole Supérieur de Sciences Humaines et Démoniaques, je supervisais distraitement les travaux d'un jeune commercial-informaticien plein d'avenir  (bien qu'à la morale toute personnelle, l'histoire nous l'a ensuite appris, cher Bill!).
Kirk était un super-héros, et je ne peux pas utiliser le temps présent car il a quelque peu changé depuis l'époque de notre première rencontre. En ce temps là, c'était un être noble et plein d'allant, toujours prêt à aider autrui, mais aujourd'hui…

Laissez moi vous racontez, ami lecteur, une histoire pleine de sang et de larmes, d'honneur et de perte d'innocence, une histoire de gloire et de déchéance, laissez moi vous raconter la dramatique histoire de Kirk et de sa chute dans les ténèbres enfouies en chaque super-héros.


Kirk était un garçon gentil, foncièrement gentil et intelligent. On louait également sa discrétion, car il était d'une grande modestie et n'aimait guère se mettre en avant. Sa simplicité, cependant, n'avait d'égale que son sérieux et même moi qui l'ai fréquenté de nombreuses années doit admettre qu'il manquait cruellement d'humour, ce qui était sans doute le résultat de siècles d'élevage intensif et de croisement mûrement programmé par la main invisible des schémas socioculturels de la bonne société protestante rigoriste du sud des Etats-Unis.

Cependant sa culture, son raffinement, et, à la rigueur, son immense richesse (venue de prospères plantations de cotons du  XIXème siècles puis des fructueuses opérations bancaires menées par sa famille auprès de l'Allemagne lors de la seconde guerre mondiale), ainsi qu'une certaine beauté physique tout en muscle héritée de ses années de footballeur au lycée si j'en crois certaine de mes connaissances féminines d'alors, faisait que sa compagnie était toujours appréciée.

Comme je l'ai mentionné au début de mon récit, Kirk était non seulement un jeune milliardaire brillant et sportif mais également un super-héros faisant régner la justice dans tout le pays (ou du moins toute sa ville). Le petit garçon qui a perdu son chat, la faible grand-mère menacée jusque sur les passages piétons par des hordes d'automobilistes sanguinaires, la frêle donzelle sur le point de voir sa vertu compromise par quelques malfrats mal famés et patibulaires, l'honnête banquier voyant débouler dans son prospère autant que respectable établissement plusieurs silhouettes encagoulées et manifestement hostiles, tous, sans exception, savaient qu'ils pouvaient compter sur le mystérieux ange gardien qui faisait de leur ville un havre de paix et de prospérité.

 
Cela dit, il était non seulement d'une grande modestie mais également extrèmement timide (pour ne pas dire carrément asocial) et sa nature de super-héros, doublée d'un surmoi démesuré n'arrangeait pas les choses. Il avait donc très peu d'amis proches, et, évidemment, aucune liaison féminine digne de ce nom. Toujours par modestie/timidité, Kirk ne voulait pas (bien que ce point m'ait toujours paru profondément obscur et absurde) révéler sa réelle identité aux gens et oeuvrait donc dans l'ombre, derrière un masque.


Je dois lui reconnaître qu'il fut plus malin que Doug, un autre super-héros que j'ai connu (mais c'est une autre histoire) qui croyait qu'enlever ses lunettes et mettre une combinaison moulante (de très mauvais goût, il faut bien le dire) suffisaient à le rendre incognito. Le plus étonnant est que cela semblait marcher, mais j'en ai appris la raison par la suite : comme ce brave Doug était un peu simplet mais très gentil (et, accessoirement, doté de super-pouvoirs), tous les habitants de la ville, par affection pour lui, faisaient semblant de ne pas le reconnaître, ce qui, au fond, ne leur coûtait rien et faisait de Doug le plus heureux des super-héros.


Trève de digression et revenons à Kirk. Il cachait ses exploits de super-héros derrière une seconde identité de justicier masqué.
Mais vous savez comment sont les gens, il suffit que quelqu'un se cache derrière un masque, qu'il soit doté de pouvoirs auxquels on n'a pas soi-même accès et qu'il montre quelques signes de désintéressement – par exemple en vous sauvant la vie une fois par semaine en moyenne- pour qu'ils se mettent à calomnier et à se lancer dans de fourbes suppositions: "Un altruisme comme ça, c'est louche, qui sait s'il ne fait pas qu'éradiquer la concurrence pour devenir le seul criminel de la ville", "Avec ces super-pouvoirs, qui sait ce qu'il va faire, s'il ne va pas essayer de prendre le pouvoir/ regarder par rayon X à travers les portes des cabines d'essayages" ou autres "peut-être qu'il se cache parce qu'il est très laid".


Bref, dès que vous portez un masque et que vous avez des super-pouvoirs les gens deviennent mesquins, pire, ils deviennent ingrats.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche