Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 16:51
Continuons. Le scénario se complique car on apprend un peu la mission du héros. Au hasard, aller dans une zone de conflit pour empêcher les ennemis de s'en prendre à une mission japonaise shintoïste dans les montagnes du coin (sic…mais de toute façon le scénario d'un shônen n'a pas la moindre importance: c'est un PRETEXTE, retenez bien cela amis lecteurs). Après ce bref bien que nécessaire briefing, le général présente à Yuki ses coéquipiers.

lls doivent être entre deux et quatre et répondre à certains critères. Plusieurs types de faire-valoir sont possibles, mais en gros, voilà ce qu'on peut trouver:


-Eiji : Taciturne et sérieux, il est par conséquent grand avec des cheveux au minimum mi-longs et bruns. Intelligent (contrairement au héros) il est le personnage réfléchi du groupe qui demeure froidement lucide et combat avec finesse. Pour les besoins de l'histoire, faisons-en le spécialiste du corps à corps. En tant que grand brun aux cheveux longs ou mi-longs, il peut également arborer à l'occasion un air romantico-mystérieux (qui permettra de lui donner une histoire fouillée si le besoin de rallonger la série se fait sentir). Evidemment, en tant qu'autre jeune héros et parfait antagoniste, il se présente comme un potentiel rival pour Yuki (l'un est brun, l'autre blond, l'un a des cheveux longs l'autre des cheveux courts, l'un est solitaire, l'autre crie et rigole tout le temps), ce qui créera une saine émulation entre les deux personnages qui donnera naissance à une si complexe relation "ami mais rival" et les poussera chacun à se surpasser pour devenir sans cesse plus fort. Pour que cette saine émulation puisse fonctionner, il faut qu'il y ait des points de comparaison, c'est pourquoi Yuki se battra également au corps à corps. Il faut néanmoins marquer leur différences : Yuki aura un style de combat confinant au "freestyle hop-je-fais-n'importe-quoi-mais-ça-marche-du-feu-de-dieu", tandis que Eiji adoptera une technique longuement éprouvée par des années d'entraînement intensif correspondant bien à son caractère réservé et taciturne.

 


-Yuriko : petite, cheveux châtain, gros sein (constante du manga en fait, je ne le répèterais plus). Informaticienne du groupe. Est là pour se faire enlever et se mettre dans des situations pas possibles qui nécessiteront l'intervention de ses compagnons et permettront ainsi de rallonger la série sans que cela demande trop d'imagination au mangaka.



-Kyoko : blonde, parle fort (= énergique avec un fort caractère). Est compétente dans son domaine (mettons le tir à longue distance, ce qui lui fera manier un énoooorme fusil [à connotations fortement phallique comme les trois-quarts des symboles présents dans un shônen]) et même un peu intelligente. Etant mature, avec un fort caractère et secrètement amoureuse du héros, elle passe beaucoup de temps à se chamailler avec lui. Ne pouvant apparemment pas se supporter au début, ils finissent pas s'apprécier au fil des tomes et s'aiment finalement tous deux (bien que pudiquement, on est dans un shônen ne l'oublions pas, d'autant plus que le héros, en véritable héros de shônen, aura tendance à laisser tomber l'amour de sa vie pour se consacrer pleinement à son ambition de devenir le meilleur combattant de la galaxie; la pensée sous-jacente étant  : l'amour, c'est pour les fillettes, moi, j'préfère manier une grosse épée et me mettre sur la gueule avec tout ce que je rencontre).



-Kurt : mercenaire allemand, 1.90, 110kgs, chauve, spécialiste des armes lourdes, trimballe partout Lucas, son fidèle bazooka qu'il entretient avec amour. Ne réfléchissant guère, il est là pour appuyer le héros quand il s'agit d'entrer dans le vif du sujet. Son caractère un peu brutal et même légèrement simplet en fait une autre source de distraction facile et récurrente.



Après les présentations d'usages, les premières disputes entre Yuki, Yoko et Yonosuke, le groupe peut se mettre en route. Nous sommes dans un shônen je le rappelle. Il convient donc de placer un combat : le groupe rencontre de dangereux fanatique d'un pays-imaginaire-mais-à-tendance-désertique-et-pas-mal-oriental-sur-les-bords appartenant à une secte au nom mystérieux et poétique, du genre "les dix milles lames dorées de la lune et du prophète".

Comme ils sont orientaux et dangereux, ils sont maigres, très agiles, ont le visage cachés et se battent avec des lames recourbées. Le groupe, peu habitué à faire face à de tels assassins commencent par éprouver des difficultés. Un des membres peut même être grièvement blessé (disons Yuriko, elle est là pour ça après tout).


C'est alors que Yuki, voyant la défection de Yonosuke parti se cacher dans un terrier à fennek, se décide à prendre les choses en main. Le jeune homme jovial fait place au jeune homme énergique. Après une ou deux pages consacrées à une discussion très sérieuse entre les membres du groupe (ils sont mal engagés, Yuriko est blessée c'est affreux, il leur faut s'en sortir, en regroupant leur force ils pourront y arriver), Yuki et ses compagnons parviennent, grâce à une ruse subtile et à une astucieuse complémentarité des talents, à retourner la situation et à défaire les assaillants.

Ils peuvent alors se précipiter vers Yuriko pour lui prodiguer quelques soins et crier qu'ils ne l'abandonneront pas.


Heureusement pour la jeune fille, la mission shintoïste n'est pas loin et elle peut récupérer. Les missionnaires sont évidemment des gens bons, simples et affables qui sont ravis de voir arriver ces braves militaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ten-Retni - dans Du manga
commenter cet article

commentaires

zerh 22/10/2008 01:45

yoko... comme dans gurren lagann ?
T'aurais au moins pus tenter de trouver un autre nom, juste pour sauver les apparences ^^

Ten-Retni 22/10/2008 23:58


Yep, je n'avais même pas tilté. Faut dire que j'ai rédigé le brouillon de cet article avant d'avoir vu Gurren Lagann, et la dénommée Yoko n'était pas encore une tireuse. C'est en m'y replongeant
(et après avoir vu entretemps ledit anim) que j'en ai fait une manieuse de gros fusils, mais j'ai alors occulté le nom que je lui avais donné.
Allez, je corrige ça, pour les apparences!


St K. 20/10/2008 23:53

Enfin \o/
Du rires, des larmes, de l'émotion, de ...
Mince ... En fait, on se croirait dans un shônen.

En fin de compte, les shônens se rapprochent de la bonne littérature.

Ten-Retni 22/10/2008 23:49


Bien sûr que les personnages secondaires sont bien, et bien sûr que les shônen sont de la grande littérature, une telle originalité dans les intrigues, une telle finesse dans la peinture des
protagonistes qui manifestent une grande connaissance de l'âme humaine, c'est presque du Balzac tout ça, mais oui!


S. 20/10/2008 21:34

Des personnages secondaires très bien trouvés.
Et ne niez pas, j'ai des noms !

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche