Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 20:27

    Toutefois, parce qu'il ne faut pas que les héros s'encroûtent dans les délices de Padoue, la mission est attaquée par d'autres méchants pas gentils, qui derrière des apparences d'assassins orientaux tout ce qu'il y a de plus classiques -draps sur le visages, turbans sur la tête, lames recourbées, habits noirs-, se révèlent posséder des pouvoirs d'assassins extrême-orientaux (ie: des ninjas) -shuriken, marche sur les murs, disparition dans un nuage de fumée- qui ne sont pas sans étonner nos perspicaces héros.


On remarquera que, un premier défi ayant été surmonté avec la première attaque, celle-ci doit s'avérer encore plus problématique (le défi, dans n'importe quel bon manga, devant aller crescendo).

Par exemple, les ennemis arrivent cette fois à dévier les balles et les obus de bazooka, rendant non seulement Kurt très triste (source de comique qui déride l'atmosphère dans ce contexte tendu) mais également les gentils héros perplexes, obligés qu'ils sont de trouver une nouvelle stratégie.


Heureusement, le personnage principal, doté en temps normal de la mentalité d'un enfant de 9 ans, se révèle en situation de combat capable d'une lucidité et d'une intelligence qui laisse toujours pantois le lecteur critique.

En l'occurrence, il ordonne à tout le monde de contre-attaquer katana au clair (même si on est dans une période moderne, il faut bien que les personnages se battent à l'arme blanche de temps en temps , il n'y  a pas des milliers de soldats japonais qui sont morts sur les plages du pacifique et un écrivain qui s'est suicidé rituellement pour que le katana soit abandonné comme si de rien n'était). Les ennemis, surpris par une si rapide parade à leur pouvoir démoniaque, sont rapidement vaincus.


Mais.


On est dans un combat de niveau 2, ce qui implique un "mais" sous le forme d'un "boss". En effet, les virils héros de shônen, non content de comparer la taille de leur épée entre eux dans une saine émulation empreinte de camaraderie sentant bon la testostérone (comme je l'ai déjà mentionné), doivent, pour devenir plus fort (ce qui est le but primordial de n'importe quel héros de shônen), être confrontés à des menaces incarnées dans des individus qui apparaîtront comme leur nemesis (ou anti-eux) qui rendront non seulement leur progression plus concrète mais exciteront également l'intérêt du lecteur, lequel commençait à s'ennuyer de voir comme seule menace le troupeau diffus et masqué de médiocres sous-fifres.

 

Le méchant arbore nécessairement un sourire dément qui rend immédiatement reconnaissable sa qualité de méchant.
Il faut dire que le shônen n'aime pas trop les ambiguïtés et la complexité. De plus, le dessin étant souvent plutôt mauvais et en noir et blanc, on ne peut différencier les personnages qu'à leur coiffure et leur sourire (sous peine de tous les confondre et de ne plus rien comprendre à l'histoire). Arrêtons-nous un instant pour faire un premier résumé de ce que nous avons appris et peut servir à différencier les personnages :
1)blond avec une coiffure ridicule = héros / fougue et énergie
2)brun = personnage secondaire / sérieux
3)cheveux long = caractère sérieux, mélancolique, torturé et tout ce qui s'ensuit.
A)poitrine = fille.
B)pas de poitrine  = garçon ou fille (le manga est traître : à force de mettre des androgyne ou des garçons manqués partout, il est parfois dur de distinguer les personnages féminins des personnages masculins).
I)sourire "cool" à tendance ultra-bright = gentil
II)sourire dément = méchant.


Notez que ce rapide résumé peut servir de générateur aléatoire de personnage. Tenez, par exemple, pour la scène précédente, l'attentif rédacteur (qui préside dans sa grande sagesse à la destinée des mangas et donc de leur auteur) fait poliment (et même très poliment puisqu'il est japonais) remarquer à son estimable mangaka qu'il serait judicieux pour ne pas dire avisé d'introduire un élément nouveau dans ce deuxième combat afin d'éviter que le respecté et lucratif lecteur ne s'ennuie pas trop.
Le mangaka sort donc son générateur aléatoire de personnage qui, au terme de calculs extrêmement complexes uniquement compréhensibles par un ordinateur, un russe ou un boulier (ou une combinaison des trois) -en fait équivalent à trois lancer de dès- obtient les résultats suivants : 1, B, II. La nouveauté prendra donc la forme d'un blond avec une coiffure ridicule, sans poitrine mais possédant un sourire dément. C'est un méchant, un vilain, un ennemi, un sadique, bref, un boss de deuxième niveau qui attend les personnages avec un sourire dément et des pouvoirs spéciaux pour leur donner du fil à retordre.


En tant que tel, il lui faut une apparition remarquable. Par exemple, alors que nos héros, croyant avoir surmonté la menace qui pesait sur eux, commencent à modestement s'auto-congratuler et se dire combien ils sont forts, un personnage -disons Yuriko pour changer- se fait traîtreusement attaquer (car l'attaquant est fourbe et sournois puisque méchant), plongeant l'honorable assemblée dans une profonde consternation. Avant qu'aucun de ses membres n'ait pu réagir, un mystérieux inconnu (qui se révèlera être un blond au sourire dément comme nous venons de le voir) apparait, enveloppé d'un grand manteau battant au vent et tenant un fusil encore fumant.

S'ensuit une série de plan sur chacun des gentils personnages, exprimant consternation, étonnement, stupéfaction et juste colère (qui semblent secrètement traduire des "Oh!", "Ah!", "Mon dieu!", "Enfer" ou "Le salaud! Je veux un manteau comme le sien!"), sentiments immanquablement accompagnés d'une inébranlable détermination (au moins dans le cas des personnages mâles, voué à l'action et au caractère bien trempé -à la différence de leurs congénères féminins qui, de par la nature de leur sexe, peuvent se montrer facilement désemparées ou apeurées).

 


Il est alors de bon ton de clore le chapitre à un tel moment, afin de préserver un suspens vendeur : mais qui est ce mystérieux agresseur? Nos héros vont-ils réussir à le vaincre?  Yuriko sera-t-elle sauvé cette fois-ci? Mais où a-t-il acheté son manteau?

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Ten-Retni - dans Du manga
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche