Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 12:12


La soubrette parle ensuite des nombreuses nuits où elle ne put trouver le sommeil suite au boucan que faisait son maître dans le grenier ou la cave, seules pièces de la maison qui lui demeuraient expressément interdites. Je rapporte ici des fragments de son journal que j'avais pris soin de recopier sur le moment:



"30 octobre 1917:

Je n'ai pas pu dormir, encore une fois. Les mêmes horribles cris sont montés de la cave...ils ne ressemblaient à rien d'humain ni même de connu. Aucun animal ne saurait pousser pareil hurlement, bestial ne conviendrait pas à décrire ce que mes pauvres oreilles ont une fois de plus (une fois de trop) entendu.


2 février 1918:

Maître Ken est de plus en plus étrange. Il s'est mis à faire collection de sucres et consacre une part importante de ses journées à cette activité. Il reçoit de nombreux épiciers et négociants spécialisés, envoie des lettres partout dans le monde afin de recevoir des échantillons ou des informations sur telle ou telle variété de sucre. Plusieurs métèques à la mine basse, sûrement originaires du Mexique ou de Cuba, lui ont récemment rendu visite pour s'entretenir avec lui d'informations qui avaient l'air d'être de la plus haute importance. Même s'ils s'entretenaient à voix basse et que je n'ai donc pu tout saisir, j'ai capté de leur conversation étrange et de leur paroles impies des expressions aussi inquiétantes et obscures que "haute teneur", "glucose", "belle couleur", "très parfumé", "arôme rare". Que Dieu me préserve! J'ai été soulagée de voir ces sinistres individus quitter la maison.





21 juin 1918:

Le maître me semble très malade, son teint a jauni, son regard est de plus en plus fixe et son dos s'est voûté. Même le timbre de sa voix est plus grave désormais. Le médecin a déclaré qu'il avait un diabète, chose dont il ne semble pas se soucier au demeurant : son obsession s'est aggravée. Il prend des doses de son odieuses poudre blanche de plus en plus fortes et de plus en plus souvent.


15 août 1918 :

Ces cris! Ces cris! La cave résonne désormais toutes les nuits de ces étranges hurlements. Je suis horrifiée, me contentant de me tapir dans mon lit en attendant que cela cesse! Dans l'improbable délire que ces nuits affreuses ont engendré dans mon cerveau déjà fatiguée, j'ai cru reconnaître la voix, ô combien déformée, de...mais non, cela ne peut pas être, je l'ai sans doute rêvé.


Partager cet article

Repost 0
Published by Ten-Retni - dans Lovecraft fhtagn
commenter cet article

commentaires

S. 20/01/2009 15:12

Je boirai mon café sans sucre désormais.

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche