Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 19:20




Nous avions laissé notre héros en haut de la plus haute tour de ville, après un combat épique, sur le point d'ôter le masque de sa Némesis.

Et là! Soudain! (un "soudain" suvi d'un point d'exclamation est toujours du meilleur effet, je le rappelle au lecteur inattentif et futur grand écrivain -auteur du best-seller mondial Soudain!, qui, au crépuscule de sa vie, entouré de ses admirateurs/-trices aimants et de ses éditeurs attentionnés, pourra se dire, en regardant par la fenêtre le soleil se coucher dans un dernier flamboiement après avoir illuminé les cieux de sa splendeur brûlante, métaphore parfaite de sa propre existence : "Ah! Que serais-je devenu si ce brave Ten-Retni, maintenant plongé dans l'oubli, ne m'avait pas inculqué, alors que je n'étais qu'une chysalide en gestation, ces brèves mais fulgurantes intuitions littéraires qui ont participé à faire de moi ce que je suis maintenant! "), et là, soudain! donc, apparaît le masque (gros plan sur la tête haïe) de Ted le millionnaire (il n'est plus milliardaire puisque ses actions ont chuté pendant le combat. D'ailleurs, un réalisateur inspiré pourrait entrecouper l'affrontement d'images de la bourse montrant la dégringolade financière de Ted, métaphore filée de l'échec du Sombre Surfeur -et de la crise économique mondiale, mais c'est une autre histoire).

Kirk exulte : une fois de plus, le Bien et la Vérité ont triomphé. Il s'apprête à livrer le terroriste déchu à la police, comme de coutume (non sans une once de satisfaction sadique pour cette fois).

Mais.

Car il faut toujours un "mais" dans une bonne fin d'histoire.

Mais à ce moment-là, son amie-d'enfance-qu'il-aime-en-secret-mais-qui-aime-cet-abruti-de-Ted apparaît sur le toit et pousse un crie en voyant les deux hommes de sa vie vêtus de cuir moulant et très rapprochés l'un de l'autre. Au bord du désespoir, elle s'interpose entre les deux adversaires et se jette au cou de son bien-aimé en hurlant d'une voix pleine de détresse et de rage une réplique bateau du genre "Mais qu'est-ce que tu lui as fait?!"

Kirk, plus habitué à donner des coups qu'à répondre à une femme en colère, tente de bafouiller quelques paroles incompréhensibles ressemblant vaguement à "Mais c'est lui qu'a commencé" lorsque l'amie d'enfance s'exclame "Mais il est drogué!".
Et en effet, s'arrêtant dans ses grommellements, notre héros observe plus attentivement son ennemi juré pour s'apercevoir que ce dernier est complètemet défoncé, suite à une absorption de substances hautement illicites et sans doute quelque peu hallucinogènes qui l'a plongé dans un état assez proche de celui d'un paresseux cataleptique.

Kirk comprend instantanément pourquoi le combat s'est révélé aussi rapide et aisé. Mais il ne connait ni le pourquoi ni le comment et entreprend de le faire comprendre à la jeune femme qui demande des explications.

Hélas!

Car une bonne fin d'histoire comprend toujours un "hélas!"


Hélas! Alors que l'amie d'enfance s'apprête à faire éclater sa rage en menaçant d'aller tout raconter aux journaux, une petite détonation  étouffée vient l'interrompre.
Elle tombe au sol sans un bruit.
Heberlué, Kirk voit derrière elle son fidèle majordome, Barnaby, un parapluie dans la main gauche et un pistolet à silencieux dans la main droite.

"Elle en savait trop, Maître Kirk, nous n'avions pas le choix. J'ai fait ça pour votre propre bien, j'en suis sincérement désolé, croyez-le bien."

La suite du récit de Kirk a été trop décousue pour que je puisse faire un compte-rendu fidèle et détaillé des évènements. Cependant voici ce que je peux en dire :

Barnaby était en fait le Sombre Surfeur, tout comme il avait été auparavant le Fou du Roy, l'Accordéoniste de l'Enfer, le Mécano Fou et Mordred le Plombier Démoniquaque, bref tous les grands méchants que Kirk avait eu à affronter.

Car, comme lui apprit son maître d'hôtel cette nuit-là :

 



 "Toute ville, maître Kirk a besoin d'un sauveur, tout enfant a besoin d'un modèle. Pour permettre à l'âme humaine de s'élever, il lui faut un point dans l'horizon sur lequel se concentrer. Les hommes, maître Kirk, ont besoin d'un héros. Et ce héros, c'était vous. Vous étiez le flambeau dans les ténèbres, le phare dans la nuit. Là où il n'y avait plus d'espoir, vous apparaissiez. Là où tout semblait perdu, vous arriviez pour gagner. Parce que toute société,  maître Kirk, a besoin d'un surhomme. Parfois haïe et jalousé, souvent admiré, vous étiez là pour remplir ce rôle; tapi dans l'obscurité, vous n'en étiez que plus éclatant. Parce que chaque communauté, maître Kirk, a besoin d'un symbole. Pour cette ville, vous étiez celui-là. Non, pour cette ville, vous ETES celui-là, pour ces enfants qui dorment paisiblement, vous ETES le modèle, pour les citoyens, vous ETES le héros. Mais tout héros, maître Kirk, pour vivre, a besoin de méchants...

...et maintenant, aidez-moi à mettre les empreintes digitales de Ted sur mon revolver"


Bref, je crois que Kirk fut profondément choqué par ce qui se passa cette nuit-là.
Il quitta la ville comme un fou, abandonna ses deux identités ainsi que sa fortune et finit par échouer à Los Angeles où il devint travesti et alcoolique. C'est là-bas que je l'ai retrouvé par hasard et qu'il m'a raconté son histoire.


Quant à Barnaby le maître d'hôtel, Dieu seul sait ce qu'il fait maintenant.


Peut-être cultive-t-il toujours les rosiers du manoir familial de Kirk ou peut-être attends-il, patiemment, quelques part entre les ombres : peut-être qu'un jour, un autre superhéros aura a affronter un Grand méchant mystérieux qui se fera appeler...Le Majordome.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche