Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 00:50
Je tins parole dès le lendemain et constatai à ma grande surprise que sa chambre était vide, ainsi que la salle de jeux où il entreposait ses consoles de jeux.
Ken n'était pas non plus dans le garage occupé à nettoyer l'une de ses trois voitures. La bonne ne sut pas me renseigner et ses parents étaient, comme toujours, absents.
Je me pris à penser qu'il était peut-être sorti dehors avant de me mettre à rire devant pareille absurdité. Qu'est-ce que Ken serait bien allé faire dehors, lui qui n'avait d'autres amis que moi et ses contacts provenant des divers sites sociaux auxquels il s'était inscrit (et qu'il ne voyait bien évidemment jamais dans la vraie vie)?

Je décidai alors de profiter de cette curieuse absence pour visiter sa chambre, qui m'apprendrait peut-être où se cachait le jeune West.
Je fut immédiatement attiré par le journal de la servante qui reposait bien en évidence à côté de l'ordinateur. Je remarquais toutefois que les feuilles volantes -les extraits de l'Arabe Fou et les notes de West l'Aïeul- avaient disparu.

Repensant à la scène de la veille, je ne pus m'empêcher de craindre qu'une tragédie ne se fût produite, animé d'un pressentiment que je ne parvins pas à m'expliquer.
Feuilletant rapidement le journal, je m'intéressais essentiellement à sa fin:


"21 septembre 1918 :

Maître West a totalement changé. Son aspect est terrifiant et à peine humain : son teint est devenu terriblement jaunâtre, sa capillosité a poussé et il semble ne plus s'intéresser à ses vêtements. Il se contente généralement d'une redingote en lambeau d'un rouge vif. Je crains que son diabète n'ait irrémédiablement affecté sa santé physique et mentale. Il est pris de crise de délire dans lesquelles il parle de poney et de princesse, sans garder souvenir de ses paroles une fois son calme revenu. De plus,il ne vit presque plus à la maison, passant le plus clair de son temps dans sa petite propriété secondaire. Pire, la population murmure qu'il vit désormais avec un Indien dans cette demeure car plusieurs témoins fiables ont juré avoir vu un des ces emplumés à travers les fenêtres de l'étage.


24 décembre 1918:

ça y est, un drame s'est produit. La foule, excédée de voir ses provisions de sucre disparaître mystérieusement, vivant dans la crainte des sourdes et horribles mélopées montant de la propriété de mon maître, a été prise de l'un de ces coups de sang qui lui sont familiers : mon pauvre maître a péri dans l'incendie volontaire de sa propriété. Une enquête a été ouverte mais personne ne semble savoir si les flammes ont été déclenchées par un citadin échauffé ou par M. West lui-même.

J'ai décidé de quitter les miasmes morbides et les souvenirs nauséabonds qui se rattachent à cette région. J'ai lu dans un journal une annonce pour un poste de soubrette au Japon. Je crois que je vais accepter, cela me permettrait peut-être d'oublier toutes les atrocités qui se sont passés ici."


Partager cet article

Repost 0
Published by Ten-Retni - dans Lovecraft fhtagn
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche