Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 12:57

Cette semaine, hop, comme ça, sans prétention, parce que je suis pressé, je vous jette en pâture un article rédigé par votre serviteur pour un petit journal étudiant parisien et dont le contenu me semble approprié pour le présent blog.

voici donc ma non-critique du film de Wolverine:




Tout bon blog comprend des critiques de cinéma. Mais qu'est-ce qui ressemble plus à une critique de film qu'à une autre critique de film, je vous le demande? Surtout quand elle parle du même film! Or votre serviteur refuse de céder à la pression sociale, de participer à la grande messe abrutissante du conformisme collectif, de se fondre dans la masse anonyme des médias aussi dépourvus d'imagination que ce blog l'est de lecteur, ces médias, dis-je, qui, ne reculant devant aucune abjection et bassesse pour faire leur quotas hebdomadaire/quotidien/trimestriel/mensuel (dans le désordre), ont des critiques allant même jusqu'à parler des films récents qu'elles ont vu.


C'est pourquoi, toujours mû par une abnégation sans faille et un dévouement illimité à la cause du Bon, du Beau et du Public, je vais faire, là, tout de suite, devant vos yeux ébahis et émerveillés des grands enfants que vous êtes, une critique d'un film que je n'ai pas vu.

Mais pour garder un lien avec l'actualité, je vais quand même faire une non-critique d'un film sorti plus ou moins récemment, j'ai nommé Wolverine.



Ah! Wolverine! Le plus célèbre représentant du Canada à travers le monde: homme farouche, ode vivante (enfin...fictionnelle) à ces lointaines terres sauvages où l'arbres majestueux et le rusé couguar règnent en maître, fantasmes des motards, représentant de tous les bûcherons d'Amériques du nord, de Québec à Vancouver!
Pourquoi est-il si populaire? Parce que c'est Hugh Jackman qui l'incarne et que les jeunes filles tombent comme des mouches lorsqu'il leur adresse à travers l'écran un de ces regards bleus enflammé d'une passion tranquille qui hurle à leur cerveaux en ébullition "Je t'aurais si je le veux"? Parce que c'est un x-men? Un superhéros? Parce qu'il défend le Bien et l'Occident? Rien de tout cela.


Wolverine est un bon personnage parce que c'est un barbare.


Le barbare peut sauver un film ami lecteur. Le barbare est sympathique. On aime le barbare pas pour ce qu'il fait mais pour ce qu'il est.

Le barbare incarne cette saine philosophie qui consiste à savoir profiter des petits plaisirs simples de l'existence, chose que nous avons trop tendance à oublier, perdus que nous sommes dans l'enfer contemporain et infini de l'Occident consumériste et stressé.

Le barbare nous parle parce qu'il réveille dans l'inconscient collectif ce fantasme enfoui, venu du fond des âges, disant que le bonheur ne se situe pas dans le fait de réussir un examen ou de s'acheter une nouvelle voiture mais dans le sport de plein air, dans les courses à travers mers et forêts pour aller au petit matin tuer nos ennemis, voler leur femmes, manger leur brebis et boire dans leurs cranes (de nos ennemis, pas de leur brebis).

Parfois, au milieu de cette horde de héros sirupeux se ressemblant tous (et pire, nous ressemblant!) et passant leur temps à sauver le monde, coucher avec la jolie blonde qui les accompagne et vaincre le grand méchant (généralement stupide, on se demande comment il a pu devenir une menace pour le monde), nous aimons à voire un héros tuer ses ennemis sans pitié et sucer leur moelle. Pas un sadique non, il y en a trop et ça ne fait pas naturel (en plus, en général, c'est le grand méchant qui fait ça). Juste un héros à l'ancienne mode, qui s'assume et fait ainsi parce que c'est normal. Ulysse massacrant ses prétendants sans leur laisser une chance, Achille traquant Hector, Agamemnon pillant Troie.

Et Wolverine, avec ses griffes en bon adamantine, ses joues mal rasées, ses splendides favoris drus et bestiaux, son caractère bougon, renvoie un peu à cette image-là, l'image d'épinal du "bon barbare", il nous rappelle vaguement cette lignée de héros honnête et primitif fleurant bon la sueur, la testostérone et l'odeur du sang frais au petit-déjeuner.

Il y a des association d'idée comme ça: quand on voit le héros de Twilight, ça donne des subites envies de guimauves et de barbapapa. Quand on voit Wolverine, on a juste envie de courir dans les bois à moitié nu et de boire du sirop d'érable.


Et c'est l'unique raison pour laquelle on aime Wolverine.


Note finale pour Wolverine (sortie le 29 avril en France): AAA.


rappel du barême des non-critiques de moi-même :
A: Boooooooof.
AA: bof oui
AAA: Graouuuuuuuh
AAAA: bof bof bof
AAAAA: bof?

Partager cet article

Repost 0
Published by Ten-Retni - dans De la narration
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche