Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 22:34


Je profite éhontément de cette non-critique de Wolverine pour me permettre quelques digressions sur la présence de la langue anglaise dans notre belle société. On peste souvent contre l'invasion de l'Anglais, contre la déferlante angl-saxonne, contre cette vile tentative de colonisation rampante par le biais de la culture et de la langue, contre ces borborygmes inventés par les mangeurs de puddings d'outre-Manche (qui nous ont foutu une sacré branlée à Azincourt qui plus est).

Bref, vous l'aurez compris, il y a en France une certaine hostilité à ce qui est vécu comme une insupportable atteinte au saint langage apporté auprès des Muses immortelles par des génies comme Molière, Flaubert et Baudelaire (oui, ça fait beaucoup de [er], je sais, vous savez quoi mettre à la fin de votre pseudonyme si vous aussi voulez devenir un génie de la langue française reposant auprès des Muses immortelles). Parallèlement, ne nous voilons pas les yeux, l'Anglais est dans le vent, tendance, in et fashion. Je ne vous dis rien de nouveau.


Si je profite sans vergogne de la place qui m'est généreusement laissée par moi-même sur mon blog, c'est pour faire remarquer ceci aux défenseurs de la langue française contre l'anglais : parfois (je dis bien parfois), il FAUT laisser l'anglais entrer dans notre culture, en ce qui concerne les noms propres en fait, les noms propres de personnages de fictions en particulier. Souvent, ils veulent dire quelque chose. Et certains ont voulu les traduire.

Ils ont eu tort.

J'en veux pour preuve la tentative de transcription française de Flash Gordon : Guy l'Eclair...Eh...Eh si! Il faut donc reconnaître qu'il y a des mots anglais qui doivent être pris tel quel et ne pas être traduit à l'innocent public.

Prenez Wolverine (car il y a bien un lien avec mon article précédent, eh oui!). Bon, il est velu, il a des griffes, il fait de la moto et il mange du sirop d'érable, bref il est classe. On devine dans son nom la trace de "Wolf", le loup, ça fait sauvage et solitaire, libre et indompté. C'est séduisant.


Essayons maintenant de voir ce que donnerait Wolverine transcrit en français:



-Oh mon dieu, ma petite amie/soeur/femme/les trois à la fois (bien que les directeurs de publication américains, souvent frileux et peu enclins à adopter des schémas narratifs innovants, évitent généralement de tels cas de figure) vient de se faire enlever par le méchant Magneto!
-N'aie crainte, car voici le redouté Glouton qui arrive!
Glouton arrive et sors ses griffes.
-Holà Magneto, ramène toi pour tâter de mes griffes!
-Ciel! Glouton! Tu ne m'auras jamais! ah ah ah (rire sardonique)!
-C'est ce qu'on va voir!

(s'ensuit un combat épique que nous éviterons de rapporter pour ne pas choquer nos plus jeunes lecteurs)

-Oh! Glouton m'a sauvée! Merci Glouton!
-Oui, merci Glouton d'avoir sauvé ma petite amie/soeur/femme/les trois à la fois! Tiens, voici un pot de miel pour te récompenser
-Mouais, de rien, de toute façon, j'avais les griffes qui me démangeait. Et garde ton miel car je ne suis pas un ours, mon nom est Glouton! Et je ne mange que du sirop d'érable! Maintenant il est temps pour moi de repartir sur ma moto, car le Glouton est sauvage et solitaire, libre et indompté!


Morale de l'histoire: ne jamais traduire les noms de personnages de comics.


PS: on peut remplacer glouton par Carcajou (nom spécifiquement nord-américain de cette bébête poilu qui hante les forêt de nos cousins d'outre-Atlantique). Mais je ne sais pas si c'est beaucoup mieux...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ten-Retni - dans De la narration
commenter cet article

commentaires

Michel Thion 07/06/2009 17:44

Sur le sujet, Henri Meschonnic écrivait :

"L’ennemi du français n'est nullement l'anglais, mais l'inculture, à tous les niveaux, du langage et des langues, y compris le français."

et aussi, plus généralement :

"Ce n'est pas la langue, avec ses qualités prétendues (et qu'elle serait seule à avoir), qui a " donné naissance " aux œuvres. C'est l'inverse : ce sont les œuvres qui ont fait de la langue, de toute langue, ce qu'elle est."

Présentation

  • : Des miscellaneés, le blog de Ten-Retni
  • : Remarques diverses et variées sur différents sujets, plus ou moins culturels, pseudo-profonds et même vaguement ironiques voire humoristiques par endroit.
  • Contact

Recherche